Welcome in London ! Le majordome vous y accueil.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Croisement de carrefour [PV Réfia; Soma; Ciel.]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alyne Levy

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 30/08/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part.

MessageSujet: Croisement de carrefour [PV Réfia; Soma; Ciel.]   Mer 21 Sep - 20:26

Une matinée parmi tant d’autres avait débuté, le soleil tapant très fort bien qu’il ne faisait pas très chaud. L’hiver approchait à grand pas bien que la saison d’automne venait tout juste de commencer. Les feuilles virevoltaient, le vent les balayant de son souffle dit argenté. Une délicate odeur rôdait dans ce coin de quartier, lieu où les Londoniens aimaient généralement se balader. Deux pieds frôlèrent le sol d’un coup. Deux pieds nus, peu abîmés par le sol durci cependant. Le froid se répandait parmi les villageois, faisant frissonner une jeune fille. Cette jeune fille, dont les cheveux pistache frôlaient le sol, semblait fixer le vide comme à son habitude. À la gare, attendant comme chaque jour de chaque semaine, et cela chaque année, elle espérait toujours le retour de sa sœur même après tant d’années. Fujiko, son petit renard, se plaça sous sa longue robe… Mais à nouveau, personne.

Soupirant longuement, elle rebroussa chemin en traînant des pieds. À son bras était accroché un panier emplit de fleurs toutes aussi resplendissantes les unes que les autres. Le petit renard semblait très triste et fatigué : elle le prit alors dans son petit sac, lui caressant la tête. Alyne savait pertinemment que ce que voulait Fujiko, c’était le retour de Lydia. Même s’il aimait beaucoup la jeune femme, il préférait sa grande sœur. Mais elle ne pouvait rien y faire. Un nouveau soupir s’installa, cette fois un peu plus triste. Ses pensées étaient dirigées vers son passé de couleur noire, et ce comme toujours. Elle n’arriverait jamais à oublier ce qu’il s’était passé ce jour-là, lorsqu’elle avait dix ans.

Secouant vivement la tête, elle chassa ces mauvaises pensées de sa tête afin de se concentrer sur sa petite marchandise, logée dans son panier en osier. Elle l’observa longuement, hésitante. Pouvait-elle réellement vendre ces fleurs ? Et si jamais c’était les dernières qu’elle pouvait avoir ? C’était impossible que ce soit les dernières, tout simplement impensable. Elle prit son courage à deux mains, s’avançant vers plusieurs personnes. Certains riaient à cause de sa tenue, d’autres avaient pitié de ses pieds et certains l’ignoraient. Mais néanmoins, elle arrivait tout de même à vendre ses plantations, ce qui était positif. Elle regardait son panier se vider au fur et à mesure que le temps passait, souriant. Elle réfléchissait à ce qu’elle pourrait s’acheter à manger juste après… Et bien oui, il fallait bien qu’elle s’achète des provisions ! Ah… Si seulement la nourriture pouvait venir de son propre gré… À la simple pensée qu’une pomme de terre pouvait avoir des pattes et venir jusqu’à Alyne la fit rire. Si seulement la vie pouvait être si facile que dans ses rêves… Elle n’aurait jamais été malheureuse. Car oui, des rêves, elle en avait beaucoup.

Alors qu’elle pensait, ses yeux gris divaguaient tranquillement, fixant la route sur laquelle elle était. Alyne souriait faiblement, modifiant quelque peu son teint trop pâle : il fallait qu’elle sorte plus, mais avec sa maladie, ce n’était pas évident. Sentant alors une faiblesse envahir ses jambes, elle s’appuya légèrement contre un mur, regardant le contenu restant de son panier… Il était à moitié vide et à moitié plein ; ce qu’elle n’aimait pas trop. Elle aurait préféré que tout soit vendu, histoire qu’elle puisse s’acheter de nouveaux vêtements en plus de sa nourriture hebdomadaire. Après tout, ce n’était pas de tout luxe de vivre dans une petite maison au fond de la forêt et de venir chaque jour à pied pour acheter de la nourriture alors qu’on a une maladie aux jambes… Enfin, une mini-paralysie. Une fois ses jambes reposées, elle se redressa totalement, descendant quelques marches en frôlant le bitume du bout de ses doigts de pied. Ses cheveux flottaient au fur et à mesure qu’elle bondissait de marche en marche, l’air enjoué. Chantonnant à voix basse, elle mit ses mains dans son dos, s’arrêtant devant un petit garçon assit au sol en se tenant le genou. Elle s’accroupit face à lui, retirant délicatement sa main. Regardant le sang couler le long de la plaie, elle tira légèrement le bas de sa robe, arrachant un long morceau de tissu… Elle n’avait pas mieux sous la main. Enroulant le genou de l’enfant dans celui-ci, elle termina son bandage improvisé par un petit nœud. Lorsqu’il lui sourit, elle lui rendit délicatement son sourire en lui ébouriffant les cheveux. De sa voix douce, elle lui parla tandis qu’elle se redressait en le relevant.


« Fais attention la prochaine fois. »

« Promis mademoiselle ! » lui répondit-il, repartant courir en souriant joyeusement.

Alyne semblait heureuse. Heureuse d’avoir pu aider quelqu’un aujourd’hui. Cela lui faisait du bien de se sentir utile de temps en temps. Elle observa les calèches passer sur les longs chemins de Londres, l’air pensive. Au fond d’elle, elle était toujours un peu nostalgique et perdue dans ses pensées, mais elle était tout de même heureuse. Elle aurait aimé que ce petit garçon reste, discutant un peu avec elle. Cela lui aurait fait le plus grand bien et l’aurait vidée de ce qu’elle pouvait ressentir comme douleurs. Pas seulement physiques, mais morales. Alors qu’elle sortait tout juste de son petit monde, Fujiko, lui, tenta de sortir la tête du sac. Paniquée à l’idée que quelqu’un le voit, elle le fit rentrer dedans à nouveau, embarrassée de devoir l’obliger à rester caché. Elle savait très bien qu’il n’aimait pas rester enfermer. Personne n’aimait ça de toute façon. Elle lui caressa doucement la tête pour le calmer et partit faire ses petites courses.

Parmi les stands de nourriture, son préféré était celui des friandises. Mais elle devait se contenter des légumes et des fruits. Elle prit alors le nécessaire pour se faire un assez bon repas, paya comme elle put et partit s’asseoir sur un banc. Glissant un peu nourriture dans le sac afin de nourrir Fujiko, elle surveilla attentivement les alentours. Elle tria ensuite tout dans plusieurs sacs et les referma tous les uns et les autres. Alors qu’elle avançait dans le dédale des rues qui reliaient la petite place où elle était quelques secondes auparavant, elle vit un peu d’agitation sur la route. Surement une petite bagarre ; cela arrivait parfois dans le coin. C’est pour cela qu’elle ne sortait jamais sans sa petite hachette, sinon elle ne se sentait pas en sécurité. S’avançant un peu par curiosité, elle essaya tant bien que mal de voir. Mais à cause de sa petite taille, elle ne voyait rien. Essayant de se mettre sur la pointe des pieds, de chercher un éventuel trou dans la foule, elle ne trouva rien. Elle soupira faiblement, recollant ses tallons au sol, puis elle écouta d’une oreille attentive. Tout ce qui pouvait être dit avait un intérêt après tout. Elle ne pouvait pas le nier. Tout cela l’intriguait. D’un coup, tout le monde se tût. Plus un bruit parmi le troupeau de citoyens. Fronçant les sourcils, elle s’écarta tant bien que mal avec la faiblesse de ses jambes, qui refaisait surface. Elle ignora cependant que ses jambes souhaitaient du repos. Alyne retourna paisiblement à sa petite vente de fleurs, ne se préoccupant plus de rien. Comme si plus rien n’avait d’importance, que le monde s’était effacé… Mais surtout...

Que le temps s’était arrêté.

[Désolée de l'attente. ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soma Asman Kadar

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 10/09/2011
Localisation : Dis Ciel tu fait quoi? Tu va où ? Je peut venir ? * encastrer dans une porte *

Feuille de personnage
Nom & Prénom: Soma Asman Kadar
Votre âge: 17 ans
Votre rang dans la société: Prince Hindou

MessageSujet: Re: Croisement de carrefour [PV Réfia; Soma; Ciel.]   Lun 10 Oct - 21:55

La matinée était déjà assez avancée lorsque le Prince Soma se décida enfin à ouvrir les yeux, enfin il ne s'était pas vraiment décidé en fait, c'était Agni qui avait à lui seul décrété qu'il était grand temps de se lever. Pourtant les Prince était fait pour faire la grasse matinée, tout le monde savait cela !... Non pas lui apparemment, visiblement il fallait que Soma se lève pour accompagner Ciel en ville, cela était prévu de la veille. Seulement voilà, il y avait tout de même un tout petite problème dans cette équation… Ciel était déjà partit, alors que Soma lui était encore couché, cherchez l'erreur messieurs dames ! Lorsque son serviteur Agni lui avait annoncé cela, le prince c'était subitement réveillé alors que jusqu'à lors, il flemmardait paresseusement dans son lit sans grande motivation pour en sortir. Mais pourquoi diable Ciel ne l'avait-il pas attendu pour partir en ville ? …Une petite idée de réponse ? Oh ce n'était pas bien dur à imaginer pourtant, Ciel n'avait tout simplement pas envie d'avoir ce boulet d'indien dans les pattes lorsqu'il se trouvait au manoir, alors lorsqu'il sortait cela devait être encore pire ! Seulement voilà, c'était exactement le genre de chose que Soma était totalement incapable de comprendre par lui-même. Comment lui, un être si parfait, si drôle, si intelligent et beau garçon de surcroît pouvait-il être indésirable ? C'était inconcevable pour son petit cerveau et le pire, c'était qu'il n'essayer même pas de comprendre de toute façon. Essayer d'être agréable à vivre et se mettre à la place des autres n'avait jamais été son fort et ce n'était pas parce qu'il était en vois d'amélioration de ce point de vu la qu'un miracle allait se produire subitement et qu'il allait comprendre à quel point il était… Pénible. Oui c'était exactement le mot qui convenait. Mais il ne fallait pas rêver, Soma n'était que Soma et il n'allait pas se transformer en personne censée du jour au lendemain, cela serait trop beau. Enfin, il faudrait certainement plusieurs années, mais peut-être qu'un jour, ce garçon parviendra à son but, c'est-à-dire devenir un grand homme, intelligent et capable de compassion. Bon d'accord, du haut de ses dix-sept belles années, le prince en était très loin et avait beaucoup de progrès à faire et de leçon à rattraper. Mais était-ce vraiment de sa faute si on l'avait élevé dans le seul but de se faire servir ? Cela était déjà bien qu'il est décidé de changer par lui-même, enfin surtout avec l'aide des charmantes remarques de Ciel et de son majordome. Ces deux la ne mâchaient vraiment pas leurs mots quand ils s'y mettaient… Enfin non, tout le temps en fait, Ciel ne se montrait que rarement sympathique, quand à son majordome… Et bien c'était un parfait majordome en somme et comme tout être parfait qu'il était, il semblait mépriser ce qui ne l'était pas. Et comme Soma n'était parfait que dans ses pensées à lui…

Autant dire que depuis qu'il vivait à Londres auprès de Ciel and co' (nouvelle appellation d'origine contrôlé.. ?) Soma en voyait de toutes les couleurs ! Comment un enfant de douze ans à peine pouvait-il avoir une vie si remplit et être si responsable ? Pour l'indien qui avait toujours eut une vie des plus facile, toujours servit, sans jamais avoir à se battre pour obtenir quelque chose, cela était inédit et il s'efforcer donc de suivre le rythme. Bien qu'en fait, Ciel ne lui est jamais demandé de le faire, si Soma voulait bien arrêter de se mêler de ses affaires et de l'envahir, cela lui ferait très certainement du bien qui plus est. Mais Soma voulais connaître ce pays, être l'ami de Ciel et donc… Le coller comme un ours accrocher à un pot de miel, vous savez, l'ours n'a aucune chance d'ouvrir le pot avec ses grosses pattes, mais il continue toujours d'essayer… Jusqu'à ce qu'il finisse par perdre patience et brise le pot… Ce qui n'était bien sûr pas censé arrivait avec Ciel ou que cela soit d'autre ici, mauvaise exemple en fait, oublions. Enfin bref, pour en revenir à ce prince féniant qu'était Soma, celui-ci du bien se résoudre à abandonner sa grasse matinée pour se lever en catastrophe dans l'espoir de rattraper Ciel, ce qui était tout bonnement ridicule puisque le jeune comte était déjà loin, donc peut importe le temps qu'il mettait à se lever… Il ne le rattraperait pas de si tôt, ou du moins pas avant de l'avoir d'abord localisé, ce qui dans une grande ville moderne comme celle-la pouvait prendre un peu de temps. Si les rôles était inverser, Ciel n'aurait sans doute pas eu grand mal à retrouver Soma pour la simple et bonne raison qu'un indien qui se promène à Londres n'est pas des plus commun, hormis dans le quartiers des émigrés, et que de toute façon, le jeune homme n'était pas ce qu'on pouvait qualifier de discret. Lorsque Soma mettait les pieds quelque part, tout le monde était au courant au moins, ce qui pouvait être une bonne comme une mauvaise chose… Pour ce qui était de Ciel par contre, rechercher un jeune lord accompagné d'un majordome dans cette ville était à peu près aussi simple que de retrouver un grain de riz en particulier parmi d'autre grains de riz similaire en tout points. Un vrai casse tête, surtout pour l'indien qui n'arrivait définitivement pas à s'y retrouvait dans l'architecture typiquement occidental de cette ville. En plus ici, personne ne le considérait comme le prince qu'il était, ni même comme un dieu vivant, alors pour obtenir un renseignement, cela se trouvait être la croix et la bannière à chaque fois, Soma voyait venir le coup à des kilomètres tout en se préparant à sortir. Le jeune était si excité à l'idée d'aller… Enquiquiner son ami Ciel qu'il ne pris même pas le temps de prendre un petit déjeuné et ne perdit pas une minute pour entraîner le pauvre Agni dehors. Pauvre Agni… Lui ne s'en plaignait jamais pourtant du caractère et des attitudes de gamin de son maître, ah c'était bien la personne la plus censé de ce monde, heureusement que Soma l'avait à ses côtés, il serait perdu sans lui.

Après avoir emprunté une calèche qui les avaient bien vite amener jusqu'en ville, les deux hindous avaient commencés à rechercher le jeune comte dans tout le centre ville. Où avait-il dit qu'il devait se rendre déjà ? … Soma n'en avait absolument aucune idée, il avait été bien trop réjoui par la nouvelle d'une sortie en ville pour s'occuper des autres détails, pire qu'un gosse, que voulez-vous y faire… C'était donc sans savoir où aller, sans avoir de contact à joindre et sans aucune idée des coutumes locales que le jeune prince et son serviteur avaient étés lâcher en ville. Il n'y avait la nullement besoin d'être un génie pour savoir que cela n'annonçait rien de bon, pour eux ou pour la capitale Anglaise, cela restait encore à déterminé. Au bout d'un bon quart d'heure de marche, l'estomac du prince commença désagréablement à lui rappeler qu'il avait sauté le petit déjeuné et qu'il devait être remplit régulièrement sous peine de se mettre à grogner, ah ces nobles, ils n'étaient vraiment pas solide. Un tout petit peu de retard sur leurs horaires habituelle et il n'était déjà plus capable de tenir le choc et comme on réfléchit beaucoup moins bien avec l'estomac vide, cela est bien connu, Soma envoya donc Agni lui acheter quelque chose à manger. N'importe quoi du moment que cela était comestible, enfin non, Soma avait d'abord commençait par réclamer du curry, mais devant l'absence flagrante de cuisine utilisable dans les rues de Londres, le jeune homme du revoir ses envies à la baisse. Tandis que son serviteur était partit faire quelques achats, Soma continua donc ses recherches de son côté, mais avec tout les temps qu'il perdait à admirer les boutiques et à faire le pitre dans les rues, impossible de dire si cela était vraiment utile ou le menait quelque part. Mais bon, au moins il visitait la ville comme cela, c'était déjà bien. Lorsqu'il passa devant un petit étalage de fruits et légumes pourtant, je jeune homme se vit aborder par un type franchement peu sympathique qui semblait lui en vouloir pour quelque chose… Ce que Soma ne compris pas tout de suite, comme souvent certes, mais là c'était à raison.

" – C'est toi l'indien qui m'a volé ! "

Voler ? Pourquoi un prince comme lui, immensément riche, aurait-il besoin de voler quelqu'un qui vendait des pommes pour gagner sa vie ? C'était totalement illogique pour Soma et de toute manière, il n'aimait pas du tout le ton qu'employait cet homme pour s'adresser à lui. " L'indien "… Est-ce que Soma s'adresser à lui en disant " l'anglais " ? Non pas qu'il sache, bien qu'il se montrait quelque fois impolie dans ses propos sans le vouloir, différence d'attitude entre parties du globe et différent rang social, rien de plus. En tout cas, Soma n'appréciait pas du tout d'être traité de voleur, surtout que cette accusation était totalement infondée, c'est donc de son air le plus prétentieux et sur de lui que le jeune hindou répondit à l'homme.

" – Moi un voleur ? Laissez-moi rire ! Je suis Soma Asman Kadar, 26ème héritier du trône du Bengale et je suis …. "

Soma n'eut même pas l'honneur de finir sa phrase, au combien pompeuse et " j'memetenvaleuriste ", car l'homme prenant bien évidemment son discours pour une farce ou une moquerie l'attrapa sans manière par le bras pour le soulever à moitié de terre. Non mais oh ! De quel droit touchait-il un prince cette énergumène ! Les habitants de cette ville n'avait vraiment aucune manière, heureusement que le jeune homme avait des réflexes ! Ni une, ni deux, il envoya un coup de pied dans le genoux de la brute pour que la douleur le fasse lâcher prise et recula vivement de quelques pas. Dans sa rage, l'homme se jeta alors sur lui comme le bourrin qu'il était et Soma eut à peine le temps de se baisser pour l'éviter. Lorsqu'il se redressa pour se remettre en face de l'homme, l'hindou put se rendre compte que son nouvel " ami " dans sa grâce de pachyderme n'avait pas put s'arrêter à temps avant que son poing ne vienne rencontrer le visage d'un autre type, apparemment aussi sympathique que lui… Ce qu'il se passa ensuite ? Eh bien logiquement, l'autre homme n'était pas ravie de s'être prit une droite sans raison valable, même avec une bonne raison il n'aurait sûrement pas était plus content cela dit, c'est donc tout naturellement qu'il rendit son coup à l'autre homme… S'en suivit alors une jolie petite bagarre où par chance Soma se retrouvait miraculeusement épargné et oublié. Il n'allait pas s'en plaindre hein ? Voilà pourquoi il préféra filer discrètement et laisser les anglais régler leur problème entre eux. De toute manière, il n'avait rien à se reprocher lui, sauf si déclencher une bagarre dans les rues par inadvertance était un crime ici. Tandis que les deux hommes se battaient, attirant autour d'eux une belle foule compact, Soma pris donc le chemin inverse de tous les badauds qui arrivaient et s'en alla plus loin, très satisfait de lui-même, allez savoir pourquoi. Peut-être parce qu'encore une fois, il s'en tirait incroyablement bien, quelle chance insolente il pouvait avoir ce garçon, cela en devenait presque agaçant pour s'en entourage quelques fois. Une fois assez éloigné de la foule, le jeune home repris un rythme de marche naturel comme si rien ne s'était jamais passé, du moins rien le concernant. Il continua donc à avancer dans les rues, cherchant du regard un visage connu, celui d'Agni, de Ciel ou encore de Sebastian, mais rien en vu pour le moment. Lorsqu'il s'arrêta enfin, légèrement dépité, il laissa échapper un soupir et baissa légèrement les yeux, son regard s'arrêtant au passage sur une jeune fille aux cheveux d'une couleur assez original qui se promenait avec un panier de fleurs fraîches, une vendeuse apparemment. Lorsque celle-ci passa près de lui, le jeune prince se pencha pour sentir les fleurs. Ah ! Enfin un peu de beauté dans cette ville si laide ! Ces fleurs lui redonnaient le sourire, bien qu'il ne l'avait jamais vraiment perdu bizarrement. Il saisit donc entre ses doigts une des fleurs aux pétales rouges vif et jaune, il en ignoré le nom mais cela n'était pas bien grave, il la trouvé jolie.

" – Dite moi demoiselle, puis-je vous acheter celle-ci ? " Lui dit-il avec son plus beau sourire.

[ Désolé du retard c'est impardonnable ><... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Croisement de carrefour [PV Réfia; Soma; Ciel.]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À Carrefour le maire Yvon Jérôme n'a pas de nouvelles idées.
» Carrefour Puilboreau/Marmelade sera entretenu\ 1 million sanzabri
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» Il était une fois... Carrefour!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Black Butler :: In the afternoon ~ Heure de RP ! :: Londres :: Centre ville-
Sauter vers: